Résumé du match du 07/02

Merci à Aurélien pour ce super résumé.

Avants : François, Tommy, Julien (avant), Loic (pilier), Yves, Loic (D), Aurelien, Arthur, Axel, Thomas (G), Romain
¾ : Thomas (C), David, Antoine, Benoit, Robin (brun), Arold, Ludo, Robin (blond), Julien (3/4), Paul, Tom, Gabriel.

Coach & respo marrons chauds : Quentin

Résumé :

Il y a des matchs pour les danseuses et d’autres pour les guerriers, ne nous trompons pas ce match tenait plus de Verdun ou des Thermopyles que du lac des cygnes.
Malgré le froid polaire, le XV du bouchon battu 22-0 à l’aller arrivait avec la soif de revanche et l’ambiance n’allait pas tarder à se réchauffer.

Après un début de match haché dû à de nombreuses fautes de mains et des défenses agressives, le premier éclair venait de Tommy, le capitaine s’échappait dans l’axe du regroupement (Notons que répéter sans cesse « bord bord axe » aux gamins a fini par l’inspirer) et jouait un 2 contre 1 d’école avec François qui s’en allait en terre promise. L’essai était transformé par le vétéran Thomas C qui portait le score à 7-0 en faveur des guignols.

Le match allait ensuite se compliquer et se muer en une guerre de tranchée. Face à un XV du bouchon bien organisé monopolisant la gonfle, les guignols allaient s’arcbouter en défense distribuant bouchons et caramels sans plier. Pendant 20 bonnes minutes les avants allaient repousser les assauts adverses tandis que Robin et Benoit au centre se livraient à un concours de plaquages offensifs bienvenu, montrant au passage que l’on peut désosser en faisant 60 kilos tout mouillé. Malheureusement les guignols allaient payer le prix de cette défense, et si Arthur sortait ponctuellement pour une douleur aux côtes, Tommy n’allait pas se remettre de ce choc reçu à la tête avant la mi-temps.

On ne dira jamais assez que malgré sa coupe blonde de surfeur australien, Robin est un bon joueur. Des plaquages destructeurs, des cannes de feu et surtout un raffut de videur de boite de nuit avec lequel il victimisait son vis-à-vis une première fois en fin de première période. Après deux plaquages cassés il poussait le ballon au pied en bord de touche, pour ce qui sera la plus belle action des guignols avant la pause. Il récidivait en début de seconde mi-temps, bien décalé en bout de ligne sur la gauche du terrain par ses trois quarts. Après autre raffut dévastateur sur son vis-à-vis (mauvaise soirée pour lui), il accélérait et contournait l’ensemble de la défense du bouchon pour aller marquer en coin à droite du terrain, le plus bel essai du match ! La difficile transformation de David passait juste à côté et la marque se portait à 12-0.

La physionomie de la seconde mi-temps allait ressembler trait pour trait à celle de la fin de la première, mais l’ambiance allait se tendre encore davantage, quand en bord de touche Julien subissait un énorme plaquage l’envoyant droit dans la balustrade. Pour la première fois Quentin lâchait sa cigarette et lançait les hostilités, provoquant une petite échauffourée ponctuée de quelques marrons.

Après un retour au calme la pression du bouchon allait devenir de plus en plus intense, et la défense de guignols finissait par céder lorsque sur un replacement défensif trop lent, le bouchon trouvait l’intervalle entre deux avants. La transformation portait la marque à 12-7 en faveur des guignols. A cet instant la non objectivité de l’auteur de ce résumé impose de mentionner que le soutien et le porteur de balle étaient liés avant contact et que l’essai aurait dû être refusé, ce qui provoquait d’ailleurs la ire habituelle du Grinch. Cela n’enlève rien à la prestation de l’arbitre, très bon sur l’ensemble des deux matchs.

Après quelques phases de jeu et un nouveau blessé côté bouchon nécessitant l’intervention des pompiers, le match était arrêté d’un commun accord 5-10 minutes avant son terme, le froid et l’intensité du match ayant trop usé les organismes. Saluons l’attitude responsable des capitaines même si pour un match d’une telle intensité il est frustrant d’en terminer de la sorte.

Bravo les guignols pour cette nouvelle victoire, mais veillons à ne pas nous endormir sur nos lauriers, le bouchon se rapproche de nous.

Photos

Ce contenu a été publié dans Match. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *